Stow

Mahaut Davenel

Auteure ; amateur et créatrice d’étrangeté

Textes horrifiques où s’accumulent des visions poétiques, sombres et violentes, commis par une auteure indécrottablement bizarre.

« Non, tu ne peux pas lire ça, Nafalia… C’est dégoûtant : aujourd’hui, on n’écrit plus que des livres ignobles… » (Nonce Casanova, Le Poète et la Violée)

Mon petit musée des horreurs : symbolisme, gravures anatomiques et fantastiques, poupées, beaux-arts, beaux livres, expositions…

Je rêve de mourir sans phrase et sans apparats grotesques, un matin du mois de mai, à la suite d’une vision douce traînant dans mon obscurité.

Rachilde, La Sanglante Ironie, 1891
Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer